Intégration des réflexes archaïques

 

Les réflexes archaïques (primitifs) sont des réactions involontaires provoquées pas des stimuli sensoriels, principalement présentes chez le nouveau né. Ces réflexes s'intègrent ensuite progressivement, et les réactions involontaires se transforment en mouvements volontaires.

Prenons l'exemple de l'agrippement : quand on met un objet dans la main d'un bébé, celui-ci referme de façon involontaire sa main (réflexe testé à la naissance). Une fois ce réflexe intégré, le bébé pour prendre et lâcher les objets à sa guise.

 

Ils forment le facteur le plus essentiel dans la mise en place de nos comportements, de notre réussite scolaire ainsi que dans notre vie physique, émotionnelle et cognitive.

La non intégration d’un réflexe peut être la cause d’un « parasitage » des trois sphères cognitive, émotionnelle et corporelle et risque de se manifester quand nous sommes sous stress ou en situation d’apprentissage.

 

Le travail d'intégration consiste en une remédiation des réflexes persistants via une approche éducative sensorimotrice (procédures de remodelages simples et aisés à pratiquer seul ou à l’aide d’un partenaire, mouvements rythmiques, divers jeux).

 

L’effet pourra être visible à différents niveaux

   - physique : coordination et posture 

   - cognitif : apprentissage et réflexion

   - émotionnel

   - relationnel

La pratique peut se faire avec les bébés, les enfants, les adultes et les seniors.

Méthodes utilisées : 

RMTi (Ryhtmic Movement Training international)

Intégration Motrice Primordiales

© 2016 - Emmanuelle Cadou - A Corps entendu.